A- A A+
25 novembre 2020

St-Jorioz: calme plat par tous les temps

Avec son nouvel écran «anticlapot», le petit port sur le lac d'Annecy s'est mis à l'abri de la houle. Un dispositif analogue protège les plates-formes de forage en mer.

StJorioz

Pour vaincre le clapot sur le lac d'An­necy, le port de Saint-Jorioz fait appel à une technique issue des protections des plates-formes de forage en mer. La mise en place est aujourd'hui terminée. Plu­sieurs municipalités suisses s'intéressent à cette première mondiale.

Le port de Saint-Jorioz a retrouvé son calme. Désormais un écran anticlapot le libère des incessantes vagues produi­tes par des vents de vallée violents.

La houle provoquait régulièrement à cet endroit des dégâts aux pontons où s'amar­rent les bateaux et érodait les berges. Depuis longtemps le maire de la commune, M. Pacquetet, cherchait une solution pour remédier à ce problème. Mais peu de possibilités s'of­fraient à lui et au Syndicat intercommunal des communes riveraines du lac, qui a pris l'affaire en main. Finalement, seul l'écran anti-clapot fut retenu. Une méthode mise au point par une société marseillaise, «Océa-mer», et appliquée pour la première fois à un espace portuaire.

Cette technique issue des plates-formes de forage «Offshore» permet aujourd'hui à Saint-Jorioz d'éliminer 80% de la houle. L'ouvrage est constitué de pieux métalliques (16 au total) d'une hauteur de 22 mètres, enfichés dans le sol du lac sur 14 mètres et distants les uns des autres de 10 mètres. Le tout supportant un double écran anti-clapot, dont une petite partie (1 m. 50) émerge.

Un premier écran orienté vers le large brise les vagues à l'aide de profilés, parallèles et inclinés. Ces mêmes vagues sont totalement arrêtées par le deuxième écran, côté berge. Constitué de tôles pleines, le deuxième écran supporte des échelles et passerelles de circu­lation pour' la visite et l'accès aux bateaux. C'est sur ce dernier que 65 bateaux pourront venir s'amarrer. Grâce à cette digue métalli­que, longue de 170 mètres, le port de Saint-Jorioz a ainsi augmenté sa capacité d'accueil. Selon une estimation, dans le cas du port dé Saint-Jorioz, une digue de rochers et béton aurait coûté de 30 à 40 millions de francs français. La solution anticlapot ne dépassera pas les 3 millions de francs français, soit 10 fois moins.

Face à de tels atouts, de nombreuses com­munes, dont des municipalités suisses, se sont intéressées de très près à cette réalisation. Il est certain que le lac d'Annecy n'est pas com­parable au Léman, mais le système inspiré• des mers pourrait également trouver sa place sur un lac plus grand.